Frontière réelle et frontière phantasmée. Enjeux politiques et perceptions identitaires de la frontière chinoise dans l’Altaï russe et kazakh

Cette recherche se consacre aux représentations d’un nouveau " lieu-frontière " qu’est la région de l’Altaï, à cheval sur quatre Etats (république de l’Altaï en Russie, région orientale du Kazakhstan, préfecture de l’Altaï de la région autonome ouigoure du Xinjiang en Chine et régions de Bayan-Olgiy et de Kodbos en Mongolie). Les frontières ne sont pas uniquement physiques et administratives, mais également culturelles et idéologiques. On étudiera donc ici la manière dont les élites politiques et intellectuelles russes et kazakhstanaises formulent les enjeux de leur rapport à la Chine. Elles conjuguent à des degrés divers des arguments économiques (impact de la proximité chinoise vu positivement ou négativement), politiques (implications des administrations régionales dans la coopération frontalière, concurrence entre groupes politico-économiques locaux), tout autant qu’identitaires (peur du " péril jaune " ou culte de l’identité eurasienne, identité régionale forte marquée par des théories panasiatiques, recomposition des rapports centre-périphérie, etc.).

Conférenciers/ière(s)