La constitution scandaleuse. La population des trois cantons primitifs face à la République Helvétique

Pendant la République Helvétique (1798-1803), la défense de la religion et de la liberté fut le mot d’ordre qui mobilisa la population des cantons primitifs lors de la guerre contre les troupes françaises (printemps 1798) et des révoltes contre-révolutionnaires. Pour la majeure partie des habitants d’Uri, Schwyz et Unterwald, les idéaux révolutionnaires, inscrits dans la constitution helvétique, étaient en effet inacceptables, puisqu’ils constituaient – à leurs yeux – une menace aiguë pour ces deux éléments centraux de leur identité collective. Dans cet exposé, on s’efforcera de déterminer quels acteurs (ecclésiastiques et laïcs) répandirent cette vision de la constitution helvétique; on examinera comment les principes de liberté individuelle et religieuse, inscrits dans la constitution, se heurtaient à la conception que ces acteurs avaient de la liberté et de la religion et quelle fut l’impact de la présence des troupes d’occupation françaises sur cette perception.

ReferentIn(en)