Le film de fiction, vecteur de la présence suisse à l’étranger au temps de la Guerre froide (1945 à 1990)

Cette contribution se propose d’analyser le rôle du film de fiction, élément central de la culture des masses, dans la présence de la Suisse à l’étranger au temps de la Guerre froide. Capable d’atteindre directement un public mondial, le cinéma apparaît durant cette période aussi bien comme un vecteur de la pensée du " cas particulier suisse " qu’un catalyseur d’ouverture culturelle capable de mettre en cause les frontières nationales et idéologiques. Conscientes de la valeur du film de fiction en tant qu’agent de propagande, les autorités fédérales appuient durant l’après-guerre volontiers des productions illustrant la vision officielle de l’identité nationale et s’en servent pour rétablir le prestige du pays sur le plan international. Cependant, dès la seconde moitié des années 1960, les rapports entre les objectifs de la politique officielle d’information et les producteurs de films deviennent plus complexes. L’essor du nouveau cinéma suisse contribue de manière décisive à l’érosion des mythes de l’identité suisse traditionnelle et place les autorités fédérales dans une situation parfois difficile. En contradiction avec le discours identitaire officiel, le cinéma de fiction devient alors une source de conflits, mais contribue en même temps, à travers son succès international incontestable, au rayonnement et au prestige de la Suisse.

ReferentIn(en)