Une alliance d’aide et de défense mutuelle entre l’évêque de Lausanne et le comte de Kibourg (1315)

En 1315, deux seigneurs sous l’influence des Habsbourg concluent un accord d’aide et de défense mutuelles, et ce pour cinq ans (alors que la défaite de Morgarten, fatale à leur camp, interviendra quelques mois plus tard…). Est-ce la menace que constitue Louis II de Savoie, seigneur de Vaud, qui pousse le comte de Kibourg, Hartmann, à établir ce traité avec l’évêque de Lausanne, Pierre d’Oron ? Ou est-ce la perspective pour les deux contractants d’apporter leur aide et celle de leurs régions à Frédéric de Habsbourg, engagé dans la conquête de la couronne impériale ? La zone où s’appliquera l’alliance traverse le Plateau suisse, s’étendant de l’Aubonne jusqu’à l’Aar. Les signataires envisagent l’extension de cet accord à l’évêque de Bâle et à la ville de Fribourg. Si l’évêque de Lausanne ne sort guère de son diocèse en partie savoyard et bilingue, le comte de Kibourg fait un net pas en direction de l’espace latin.

ReferentIn(en)